Baudelaire: « Remords posthume »

Analyse grammaticale du poème

« Remords posthume » de Baudelaire est constitué de 3 subordonnées conjonctives utilisées en fonction de compléments circonstanciels de temps, au futur, placées avant la proposition principale, qui créent un effet de retardement: une seule phrase du v. 1 à 12. Le sujet principal de la phrase n’arrive qu’au vers 9, et le verbe en fin de phrase, v.12.

Structure simplifiée: « Lorsque tu dormiras (subordonnée conjonctive 1)… Et lorsque tu n’auras qu’un caveau (subordonnée conjonctive 2) … Quand la pierre empêchera ton coeur de battre (subordonnée conjonctive 3) … Le tombeau te dira:« (sujet et verbe de la principale).

Les deux apostrophes, « ma belle ténébreuse » (utilisée par le poète) et « courtisane imparfaite » (insulte utilisée par la Mort), désignent la jeune fille. Tout le poème est au discours direct.

Ce sonnet contient aussi une négation restrictive (v.3-4), et une phrase interrogative directe partielle (v.12-13). (voir fiches correspondantes).

Vous trouverez une question de grammaire traitée sur la négation dans les deux tercets du poème (v. 9 à 14) dans la section: « La négation ».