Méthode

METHODE POUR LE COMMENTAIRE ECRIT

Un commentaire est une explication organisée, elle doit donc suivre un plan.

Chaque sous partie (paragraphe) doit parler de tout le texte, en l’envisageant sous un angle différent (ex : registre, champ lexical, opposition des personnages, description, etc…)

Remarque: pour les séries technologiques, le sujet comporte une phrase pour vous aider: c’est en fait une formulation des deux axes du plan. Il faut obligatoirement suivre ce plan suggéré.

MISE EN PAGE

  • A l’écrit, un plan de commentaire doit comporter de préférence 6 sous parties, c’est-à-dire 6 paragraphes répartis dans 2 ou 3 grands axes. Mais en développant plus chaque paragraphe, on peut se contenter de 4 ou 5 (pas moins!!), répartis en deux grands axes: par exemple une première grande partie (axe) avec 2 ou 3 paragraphes, puis une deuxième avec aussi des paragraphes. Il est indispensable, dans tous les cas, qu’il y ait des sous parties.
  • La mise en page doit rendre le plan clairement visible : on doit pouvoir compter les sous parties. Il faut donc :

-éviter de passer une ligne entre les sous parties

-passer une ligne après l’introduction, avant la conclusion, et entre les grandes parties ‘axes).

-faire un alinéa pour chaque paragraphe.

  • Le commentaire rédigé ne doit comporter ni titres, ni sous titres.
  • On attend environ une copie double.

INTRODUCTION

  • Un seul paragraphe (avec un alinéa), qui doit comporter 5 éléments :

1- L’amorce : elle peut porter sur le siècle, le genre, le mouvement littéraire, l’auteur.

2- La présentation du texte étudié : titre, auteur, date, et éventuellement extrait (chapitre, nouvelle, poésie, article…). RAPPEL : le titre de l’œuvre doit être souligné (c’est celui qui figure en italique sur le sujet) ; le titre de l’extrait, ou de la nouvelle, ou du poème se met entre guillemets (et figure déjà entre guillemets sur le sujet).

3- Le contenu du texte : rapide résumé du texte étudié (et pas de toute l’œuvre !)

4- La problématique : elle doit porter sur le texte, et le plan doit y répondre. Elle doit apparaître sous forme de question directe ou indirecte (si vous avez tendance à mélanger les deux, privilégiez la question directe : pronom interrogatif, inversion du sujet, point d’interrogation : ex. : « Pourquoi…….est-il………dans cet extrait ? »)

5- L’annonce du plan : on n’annonce que les grandes parties, sous forme de phrase, en mettant en évidence le lien avec la problématique : « Pour répondre à cette question, nous verrons… »

ORGANISATION DES PARAGRAPHES

  • Chacun des 4, 5 ou 6 paragraphes doit faire au moins 15 lignes et commencer par un alinéa.
  • Un paragraphe doit être organisé et comporter :

– L’idée du paragraphe, développée sur quelques lignes

– Des citations du texte : brèves (limitées chaque fois à quelques mots), placées entre guillemets, en précisant chaque fois la ligne (précision à placer après la citation, entre parenthèses et en abrégé : (l.15) ou (v.15), en veillant à ne pas confondre lignes et vers), correctement insérées (voir encadré) et expliquées. Une vraie explication consiste à montrer en quoi votre citation illustre l’idée du paragraphe, quel est l’effet sur le lecteur (ou le spectateur, pour le théâtre)… N’oubliez pas de prévoir quelques figures de style expliquées.

– Une transition qui met en évidence le lien avec l’idée du paragraphe suivant (une phrase du type : « maintenant nous allons voir… » n’est pas une transition). La transition doit être un peu plus développée entre les grandes parties. Elle peut alors être détachée, mais ne doit pas excéder quelques lignes.

VOUS NE DEVEZ PAS :

– répéter le texte en utilisant des synonymes, ou en racontant simplement ce qui s’y passe : c’est de la paraphrase.

– utiliser des temps du passé (imparfait, passé simple), qui sont des temps du récit, et mènent donc inévitablement à la paraphrase. Un commentaire se fait exclusivement au présent. Si vos citations comportent des verbes conjugués au passé, ils doivent être modifiés, en utilisant des crochets, sinon le mélange des temps rendra votre phrase incorrecte.

– utiliser le « je » : on ne vous demande pas votre avis personnel…

– mettre des citations bout à bout, sans les expliquer et sans tenir compte de la syntaxe.

– faire des listes de mots du texte, pour illustrer un champ lexical par exemple.

– citer sans expliquer, ou terminer votre paragraphe par une citation (qui ne sera donc pas expliquée).

– citer des phrases entières du texte ou faire des citations de plusieurs lignes. Le volume occupé par vos explications doit être supérieur à celui des citations.

– ne parler dans votre paragraphe que d’une partie du texte. Chaque sous partie doit concerner tout le texte. Les citations doivent donc chaque fois être prélevées dans l’ensemble du texte.

CONCLUSION

  • Un seul paragraphe (avec un alinéa), qui doit comporter 3 éléments :

1- Une synthèse de ce qui a été vu dans chaque sous partie. Une ou deux phrases suffisent pour chaque partie. Il ne faut pas apporter de nouveaux éléments dans la conclusion.

2- Une réponse claire à la problématique posée dans l’introduction

3- Une ouverture vers un autre texte littéraire (titre souligné, auteur, point commun avec le texte étudié).


INSERTION DES CITATIONS
Il faut prélever dans le texte des mots ou expressions (et pas des phrases entières), et les insérer dans vos phrases, en veillant à la correction.
Exemple : Si la phrase du texte est : « Claude Gueux, en prison, travaillait tout le jour », on n’écrit pas :
Claude Gueux est un détenu en prison « Claude Gueux, en prison, travaillait tout le jour » (l.3), ici on voit que… (incorrections, répétitions…)
Mais on écrit :
Claude Gueux est un détenu qui « travaill[e] tout le jour » (l.3) dans la « prison » de Clairvaux. (ici la citation fait partie de la phrase sans la rendre incorrecte)
Il faut donc intégrer la citation (en utilisant simplement les mots ou expressions du texte, sans oublier les guillemets), et si besoin la modifier. Toute modification doit être signalée par des crochets. Si on veut supprimer quelques mots, il faut aussi le signaler : […]. La phrase ainsi modifiée doit conserver son sens.